Stage en pédiatrie générale


J’arrive sur mes derniers jours à l’hôpital et je voulais partager avec vous le déroulement de mon premier stage.
Durant les premières de semaines cours, j’ai pu m’apercevoir que ce métier fréquente la maladie, la souffrance et la fragilité plus que ce que je ne pensais ou bien je me voilais la face.

En effet, nous assistons vraiment les médecins et surtout les infirmières dans tous leurs actes et on nous prépare à ça durant le premier mois de formation.
Je me suis toujours rassurée en me disant que c’était l’infirmière puéricultrice qui ferait les soins difficiles. Et c’est bien vrai, enfin à moitié vrai car même si je ne pose pas de perfusion, j’aide à la pose de celle-ci en tenant le bras par exemple. Je suis présente pendant tous les soins même les plus durs, je travaille vraiment en binôme avec la puéricultrice. Avant mon stage je ne voulais absolument pas travailler dans ce domaine, j’étais même terrifiée par ce milieu pourtant quand on travaille à l’hôpital on ne voit plus la vie de la même manière. On aide l’enfant et sa famille, on dédramatise les petits tracas du quotidien et puis c’est un vrai moment de bonheur de voir l’évolution d’un enfant, d’assister à sa guérison, de l’accompagner vers la sortie. Car oui nous sommes heureux quand l’enfant quitte l’hôpital, aussi attachant qu’il soit nous préférons le savoir dehors, guéri, près a vivre de belles aventures. 
pg
J’ai rendez vous dans le hall du CHU pour mon premier jour et je suis déjà perdue. C’est immense si bien que comme pour une ville il y a des panneaux un peu partout pour se repérer. Je retrouve les personnes de ma promo  et surtout je retrouve mes copines. J’ai beaucoup de chance je me retrouve dans le même service qu’une copine.

Je suis dans le service de pédiatrie générale et à peine le pied posé dans le service que nous sommes mis dans le bain directement. C’est un rythme qu’on ne connait pas, faut retenir plein de chose, tout est nouveau et étranger comme dans un nouveau pays. Il faut se familiariser aux différents lieux, au langage médical, au matériel et aussi au personnel. Justement le personnel, beaucoup ont oublié leur statut de stagiaire et ne comprennent pas que vous êtes dans un lieu inconnu.
Un petit conseil qui pourrez vous sauvez la vie 🙂 Noubliez jamais d’éteindre une sonnette quand vous avez mis un pied mis dans une chambre, jamais !! 😈

La première semaine défile tellement vite que je ne l’ai pas vu passé. Réfection des lits, préparation de biberon, pesée et transmissions, je m’adapte rapidement et je commence à parler la même langue que les personnes autour de moi, j’arrive même à ne plus me perdre dans les couloirs^^ Quand je rentre le soir, je tombe de fatigue et c’est agréable de se sentir utile. 

La place de stagiaire est parfois difficile, on vous demande d’être une professionnelle alors que d’autre on vous demande de rester à votre place. Parfois vous avez envie qu’on vous considère comme une professionnelle alors que d’autre vous êtes bien contente de n’être que stagiaire.
Ce que j’ai trouvé génial, c’est l’entraide entre stagiaire, j’ai aimé pouvoir me confier dans le local de stérilisation ou à la pause, ça permet de rassurer d’avoir une personne qui vit la même situation que vous.

C’est parti pour la deuxième semaine, je découvre le travail en 12h parfois même plus. On arrive a 7h dans le service, on arrive au moment des transmissions, moment calme de la journée tout le monde ou presque, dort .
Puis à 8h 30,  on effectue la première surveillance de la journée avec  la prise de température, de tension et l’évaluation des premiers soins a effectuer.
On distribue le petit déjeuner puis s’enchaîne la journée, on répond aux besoins des enfants, on suit les professionnelles, on répond aux sonnettes et on effectue les surveillances toutes les 3h. Enfin a 19h 15 on passe le relais en faisant les transmissions de la journée, pour vous dire vous arrivez il fait nuit, vous partez il fait nuit.

J’ai assisté à des soins comme des prises de sang, des perfusions, des soins de pansements, des aérosols, des poses d’antibio, préparer un enfant pour aller aux blocs, un nettoyage d’abcès… On voit vraiment si le médical est fait pour nous car les soins invasifs sur un enfant ne sont pas des actes anodins, bien loin de grey’s anatomy. Je pensais tourner de l’œil et au final j’ai adoré. 
babyCe que j’adore le plus dans ce stage c’est prendre un bébé qui pleure dans les bras et le rassurer. Dès qu’il s’arrête de pleurer, il se love contre vous et le temps s’arrête, le stress tombe et s’il vous sourit ou commence les interminables « areuh » c’est magique Il faut dire que les bébés c’est tout nouveau pour moi et que du coup, je suis facilement subjuguer devant un nourrisson.
C’est dans ces moments la que je me sens professionnelle et que je n’ai pas envie de rentrer chez moi.Il me reste seulement deux jours, c’est  passé  tellement vite et même si je suis contente de retrouver les copines, j’avais envie de rester, c’est marrant au début j’avais envie de fuir en courant tellement j’étais perdue puis en s’adaptant on prend plaisir au métier.


20 commentaires sur “Stage en pédiatrie générale

✎ Laissez un commentaire
  1. bonjour, super article. je commence mon stage en pédiatrie dans une semaine pour avoir l’équivalence, ayant fait mes études à l’étranger.
    j’appréhende beaucoup ce stage étant donné que je n’ai pas du tout vu l’enfant malade durant ma formation. (En Belgique l’AP ne travail pas en service hospitalier). j’ai lu plusieurs livre de formation d’AP ici en France mais je stress quand même pas mal.
    peux-t-on échanger par mail?


    • slt je voudrais savoir comment c’est passé ton stage d’équivalence ayant fait mes études en belgique aussi . Sauf que j’hésite entre les stages en mat et pédiatrie ou l’épreuve écrites ?
      merci


  2. Super cet article ! moi je vais m’inscrire pour le concours à Toulouse. Il me tarde. J’espère être prise !! ton blog m’aide beaucoup! J’hésite à faire la formation à distance car j’ai une petite fille de bientôt 11 mois et j’habite à demi heure de Toulouse. Je ne sais pas trop. Si il y a des candidates de Toulouse ou d’anciennes stagiaires, j’aimerai bien discuter avec vous.


  3. Coucou, je suis en fin de formation d’auxiliaire puériculture et mon prochain stage ce fait en pediatrie générale à purpan !
    J’appréhende énormément ce stage d’autant plus que je suis évalué (msp3 )
    Est ce que tu voudrais bien échanger avec moi sur « le quotidien » dans ce service ?
    Merci d’avance.


Laisser un commentaire