Est-il nécessaire de faire une prépa au concours d’auxiliaire de puériculture ?


Le concours d’entrée dans une école d’auxiliaire de puériculture est difficile, il y a énormément de candidats pour très peu de places. Il faut se classer dans les meilleurs pour avoir une chance d’accéder à l’institut de formation. Mais alors ne serait-il pas mieux de faire une préparation aux concours ? N’a-t-on pas plus de chance de réussir ? 

Dans une prépa vous bénéficierez d’un encadrement ainsi que d’une méthodologie de travail.  Des formateurs/professeurs seront là pour vous entraîner et vous expliquer les épreuves du concours. Ainsi, vous pourrez avoir accès à des supports, des annales et des explications personnalisées. Pour l’écrit on peut vous apprendre à aller plus vite, vous donner des astuces pour être plus performant. Pour l’oral, certaines prépa mettent en place des simulations d’entretiens, ce qui permet aux candidats d’être prêt le jour J. On vous proposera aussi d’aller faire des stages pour mieux appréhender le métier.

Même si une préparation aux concours ça aide bien, je pense sincèrement qu’on peut très bien réussir sans. Dans ma promo il y avait peu de filles ayant fait une prépa, j’en conclus donc qu’elle n’est pas indispensable pour avoir son concours.

Les écoles de prépa coutent cher et je ne pouvais pas me permettre de dépenser 2000 € pour m’inscrire. J’ai donc acheté plusieurs livres de tests psychotechniques, au début j’ai commencé avec deux puis j’ai agrandi ma collection avec des livres contenant des exercices qui me posaient problèmes et aussi pour varier. Je me suis fait un emploi du temps pour m’obliger à trouver du temps pour m’entraîner et pour ne pas m’ennuyer. Je faisais la logique mathématique et les exercices difficiles en début de semaine et les plus drôles et faciles le vendredi, car plus la semaine avance et moins j’étais assidue. Il vaut mieux en faire un peu souvent, que beaucoup rarement. Le cerveau c’est comme un muscle, il faut l’entraîner chaque jour.

Pour l’oral c’est pareil, j’ai acheté un livre et j’ai suivi l’actualité.  La radio, la télé, internet, les journaux j’ai essayé de varier au mieux les supports vous éviter de me lasser. Il suffit de prendre quelques infos par ci par là, on ne vous demande pas d’être incollable sur tous les sujets mais juste de vous y intéresser. Il faut se renseigner sur le métier et la formation (combien y a-t-il de module ? ou exerce une auxiliaire de puériculture ?). Pour moi le meilleur entraînement pour l’oral c’est de faire des simulations chez soi. On se met en condition de concours, on pioche un sujet, on le compose en 10 minutes et on le présente à un membre de sa famille.

Pour conclure, si vous pouvez vous organiser, libérer du temps pour vous exercer, si vous êtes curieux et motivés alors vous n’avez pas besoin de prépa. Si au contraire, vous vous démotivez au bout d’une semaine, que vos révisions partent dans tous les sens, que vous avez besoin d’un suivi personnalisé et que l’on vous coach alors une prépa vous conviendra certainement.


17 commentaires sur “Est-il nécessaire de faire une prépa au concours d’auxiliaire de puériculture ?

✎ Laissez un commentaire
  1. Bonjour, j’ai passer le concours 2 fois sans prépa la première fois je n’été pas assez investi a mon goût et je n’était pas dispensé de culture général , la 2eme fois j’avais mon bac en poche du coup j’ai eu que la test psycotechnique à réviser en parallèle j’étais en bts je n’est eu aucune prépa je me suis organisé en 1 mois j’étais prête j’ai eu 1 concours sur 2 . La prépa n’est pas indispensable.


  2. J’ai passé une première fois le concours, en mars, que j’ai préparé toute seule, j’ai raté mon oral, car j’ai très mal gérer mon temps a cause su stress…
    Je le repasse fin Aout et je bénéficie actuellement d’une formation gratuite financée par le pôle emploi. Cela m’a beaucoup aidée à comprendre mes erreurs et reprendre confiance en moi. j’ai appris beaucoup de choses concernant l’entretien avec le jury, dont je ne me doutais pas pour mon premier concours et qui n’étais pas dans les livres avec lesquels j’ai travaillés. . Cela demande aussi beaucoup de travail personnel en dehors des cours, Pour ma part, je passe toute mes après midi à la médiathèque, comme je le fais pour le premier concours (mais j’ai le temps car je suis au chômage et mon fils est chez une nounou). Mais pour maximiser mes chances de réussites pour cette deuxième tentative, j’ai entrepris des démarches personnelles en allant à la rencontre d’auxiliaires exerçant dans différente structures. J’ai eu l’opportunité de passer une matinée entière auprés d’auxiliaires dans le service néonatologie de la maternité de ma ville ainsi qu’une infirmière, jury lors des oraux et qui m’a donner quelques conseil. Elle m’a surtout dit qu’elle voyait bien ma motivation, mais qu’il fallait que je travaille ma gestion du stress car elle me sentait fragile à cause sa et cela pouvait jouer en ma défaveur. J’ai également rencontrée deux autres auxiliaires, exerçant à l’hôpital d’enfant, elle m’ont joliment résumé leur rôle : accompagner les enfants pour que leur séjour sois le meilleurs possible pour qu’ils en gardent que de bons souvenirs !

    Maintenant, il faut assurer aux tests psychos et surtout faire en sorte que le stresse ne prenne pas le dessus…


    • Bonjour,
      Je me permets de vous écrire car je vais préparer également ce concours et j’aimerais faire des stages dans différentes structures dont les hôpitaux. Est ce qu’il a Été facile pour vous d’approcher les auxiliaires dans les hôpitaux ? A qui faut-il s’adresser ?

      Merci pour votre réponse
      Aurelie


  3. Il existe en Ile de France le dispositif Avenir Jeunes, financé par le Conseil Régionale, qui permet aussi une préparation -gratuite et indemnisée de plus-à ce type de concours. Rapprochez vous de votre Mission Locale (si entre 16 et 25 ans révolus) le cas échéant.


  4. Pour ma part j’ai travaillé chez moi en m’achetant un bouquin pour m’exercer je révisais les week-end et le soir et j’ai réussi à avoir mon concours après cela dépend des personnes certaines peuvent travailler seules et d’autres ont besoin d’être accompagnées mais je trouve cela cher.


  5. coucou
    perso, j’ai passé le concours il y a quelques année (une bonne vingtaine) sans prépa, je n’ai passé que les écrit. la vie a fait que je suis passé à autre chose. depuis le 2016 je suis revenue à mes premiers amours mais en faisant de décembre 2016 à avril 2017 un eprépa par le greta. j’ai réussi 2 écrit sur 3 et passée 2 oraux. au final je rentre en septembre en ifap.


Laisser un commentaire