Accidents de la route – La sécurité routière


Accidents de la route - sécurité routière

Un accident de la route (ou accident sur la voie publique : AVP) est un accident qui a lieu sur le réseau routier entre un engin roulant (automobile, moto, vélo, etc. ) et toute autre chose ou personne et qui engendre des blessures humaines et/ou des dégâts matériels.

S’ils ne viennent qu’au troisième rang de la morbidité accidentelle, les accidents de la circulation sont le plus fréquemment mortels.

Enregistrement systématique par les services de police ou de la gendarmerie qui interviennent à chaque fois qu’un accident  sur la voie publique fait des victimes: bulletins d’analyse d’accident corporel (BAAC).

Statistiques

Le bilan de la sécurité routière montre que la mortalité routière est en hausse pour la seconde année consécutive (+ 59 décès par rapport à 2014). 3 616 personnes ont perdu la vie sur les routes de France en 2015 (+ 1,7 %), soit 3 461 en métropole (+ 2,3 %) et 155 dans les départements d’outre-mer (- 10,4 %, soit un gain de 18 vies).

Les victimes

Les hommes sont plus touchés que les femmes
Les jeunes de 15 à 25 ans sont les plus touchés. => 1ère cause de décès 

Les causes :

Les accidents et la gravité de leurs conséquences s’expliquent bien souvent par une combinaison de facteurs liés au conducteur, au véhicule, à la route, au condition de circulation, à la météorologie, au temps de secours…

  • Vitesse excessive
  • Distance de sécurité : moins de 50% des véhicules la respectent, les collisions en chaîne représentent 16% des tués en France.
  • Défaut de ceinture/casque : 22% des tués de la route, port systématique de la ceinture permettrait de diviser par 2 le risque d’être tué en cas d’accident.
  • L’alcoolémie : 1150 morts en 2011, 1 accident mortel sur 3, 1ère cause de mortalité sur les routes, dans ces accidents les hommes sont responsables à 92%.
    A 0,5g d’alcool par litre de sang le taux d’accident est multiplié par 2
    A 0,8g d’alcool par litre de sang le taux d’accident est multiplié par 10
    A 1,2g d’alcool par litre de sang le taux d’accident est multiplié par 35
  • Infraction grave au code de la route,
  • Mauvaise vue, fatigue,
  • Prise de médicaments ou de drogue,
  • Inattention,somnolences, fatigues :1 accident mortel sur 3 sur l’autoroute, cause apparaissant dans 8 % des accidents mortels sur la route, et atteint 21 % sur les autoroutes.
  • Utilisation du téléphone: Multiplie par 4 le risque d’avoir un accident corporel.
  • Conduite sous influence de cannabis : Multiplie par 2 le risque d’être responsable d’un accident mortel. Risque multiplié par 16 quand prise d’alcool en plus.
  • Conduite sans permis/ avec un permis inadapté / sans assurance : acteur présent pour les accidents occasionnant 4 % des tués.
  • Un réseau routier dangereux : réseau autoroutier insuffisant, routes départementales sinueuses et pas toujours correctement entretenues, carrefours dangereux…
  • Parc automobile peu sûr : mauvais entretien des freins, pneumatiques, éclairage…

Problèmes

Coût humain encore élevé (moins bons que autres pays européens, 12 morts et 300 blessés par jour)
Objectif moins de 3 000 morts en 2012 non atteint à cause de la signalisation généralisée des radars avec le GPS qui les indique.
Surreprésentation des 18-24 ans parmi les victimes (21% des tués)
L’alcool est une cause majeure d’accidents mortels
La mortalité des cyclistes de plus de 75 ans augmente.
Les cas de conduite sans permis sont en hausse. 

Les efforts des radars sont affaiblis 
Coût économique important : 22 milliards d’euros (information, infrastructure routière, indemnisation des victimes, perte de production, frais de justice, réparation des dommages)

Solutions

  1. L’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière(ONIRS)

-assure la collecte et la diffusion des informations nécessaires à la préparation et à la mise en œuvre de la politique de sécurité routière.

A ce titre, il :
-rationalise et unifie la collecte des données statistiques provenant des différentes sources nationales et internationales,
-assure leur mise en forme,leur interprétation et leur diffusion,
-effectue ou assure le suivi des études générales ou sectorielles sur l’insécurité routière.

2. L’Association de Prévention Routière 

Créée en 1949, elle est reconnue d’utilité publique en 1955. Avec plus de 100 000 adhérents et donateurs, c’est une des principales associations loi 1901 de France elle assure :

  • L’éducation routière des enfants et adolescents menée par les directeurs et bénévoles des comités départementaux de l’association et par ses partenaires (policiers, employés municipaux et forces de l’ordre).
  • Sensibilisation et information du grand public :
  • Campagnes de sensibilisation abordant les principales causes d’accidents

3. Poursuite de la prévention

  • Nouvelle campagne d’information plus choquantes.
  • Sensibilisation des cyclistes au port du casque
  • Campagne de communication chez les jeunes notamment grace à SAM en discothèques, la création de sites internet dédiés, mais également la publication d’études pour mieux comprendre le risque jeune.
  • Pictogrammes d’alertes à 3 niveaux sur les boites de médicaments altérant la vigilance
  • Actions départementales comme les minibus mis à la disposition des jeunes à la sortie des discothèques ou encore les silhouettes des morts au bord des routes

4. Renforcement de l’éducation routière des jeunes

  • BSR obligatoires des conducteurs cyclomoteurs depuis 2004
  • Attestation de sécurité routière délivrée enfin de 3ème, indispensable pour passer le permis B
  • Permis de conduire réformé:
  • Former davantage sur les facteurs de risques
  • Epreuves durant 35min
  • Permis probatoire pour 3 ans avec 6 points
  • Depuis 2007, nouveaux détenteurs d’une permis auto doivent suivre une formation de 7 h pour conduire un deux roues.

5. Automatisation et accentuation de la répression 

  • Multiplication des contrôles de police et test de dépistage drogue/alcool,
  • Installation de radars automatiques fixes ou mobiles et tronçon. 
  • Une application plus stricte de la loi sur la sécurité routière de 2003 avec la systématisation des sanctions encourues en cas de circonstances aggravantes comme conduite sous l’emprise d’une drogue, d’alcool, excès de vitesse, délit de fuite, avec aussi un alourdissement du barème de retraits de points
  • Nouvelles peines complémentaires possibles comme par exemple stage obligatoire de formation à la sécurité routière ou encore interdiction de conduire un véhicule puissant.
  • L’utilisation de peines alternatives aux poursuites pénales comme TIG et enfin des sanctions plus sévères comme la confiscation du véhicule.
  •  Interdiction du téléphone hormis en bluetooth
  •  Nouveau taux d’alcoolémie à 0,2 g/l d’alcool dans le sang
  • Éthylotests obligatoire dans la voiture
  • Condamnation possible pour complicité de conduite en état alcoolique pour avoir laissé conduire un ami ivre.
  • Interdiction de vendre ou d’acheter des points de permis
  • Lutte contre la conduite sans permis ( délai de 3 ans passé à 2 ans pour récupérer son permis, les jeunes en difficultés peuvent avoir des aides pour passer le permis.

6. Mesures matérielles

  • Amélioration du réseau routier
  • Contrôle technique tous les 2 ans avec obligation de réparer les défaillances vitales pour les véhicules de plus de 5ans.

Site internet de la sécurité routière 


2 commentaires sur “Accidents de la route – La sécurité routière

✎ Laissez un commentaire
  1. Bonjour, y’a-t-il vraiment des questions sur la sécurité routière à l’oral… je ne vois pas bien le lien avec le fait de travailler avec les enfants…
    Merci de votre activité, et de votre future réponse


    • Bonjour,

      Dans certaines écoles il s’agit de questions sur la culture sanitaire et sociale donc la sécurité routière en fait partie.
      De plus, à l’hôpital on peut avoir des patients victimes d’accidents de la route.


Laisser un commentaire