L’hypersexualisation


L’hypersexualisation, ou la sexualisation précoce, désigne le fait que les enfants des années 2000 sont appelés à prendre des raccourcis vers l’âge adulte sur le plan de la sexualité. 

L’hypersexualisation consiste à donner un caractère sexuel à un comportement ou à un produit qui n’en a pas en soi. C’est un phénomène de société selon lequel de jeunes adolescentes et adolescents adoptent des attitudes et des comportements sexuels jugés trop précoces. Elle se caractérise par un usage excessif de stratégies axées sur le corps dans le but de séduire et apparaît comme un modèle de sexualité réducteur, diffusé par les industries à travers les médias, qui s’inspire des stéréotypes véhiculés par la pornographie : homme dominateur, femme-objet séductrice et soumise.

Causes :

  1. La mode vestimentaire

Les modèles sexuels véhiculés dans les médias incitent les jeunes à se vêtir comme les stars. Or dans les magasines ou sur scène les stars affichent souvent des tenues osées, décontractées, qui se veulent « sexy » voire « hot ». À l’adolescence, les jeunes cherchent à se rassembler, ils veulent faire partie d’un groupe et se définissent par celui-ci. En ce sens, suivre la mode a toujours été une façon d’être reconnu par ses pairs. Ainsi on peut voir des jeunes filles porter des vêtements très sexy qui ne sont pas adapté à leur age, exemple porter des strings. Le « plaire à tout prix » rend floue la différence entre « être séduisant(e) » et « être séducteur(-trice) »

2. Internet

Sur les internet les jeunes sont souvent exposer à des messages à caractère sexuel, ils se font une mauvaise représentation de la sexualité ou de l’intimité. Ainsi, la séduction en ligne, l’utilisation d’une caméra web ou d’un téléphone portable à des fins sexuelles et l’envoi de « sextos » sont des pratiques généralisées. 

3. Les médias

Les jeunes filles ainsi que les adolescentes subissent quotidiennement les pressions des médias. Le message qui leur est transmis est clair : elles doivent être belles est pour cela elles doivent être sexy et disponibles sexuellement. Plusieurs sont ainsi amenées à croire que leur seul pouvoir réside dans leur apparence, et elles feront des efforts quotidiens pour accéder à ce modèle de femme physiquement parfaite et sexy. 

Problèmes : 

Le phénomène des mini miss, il s’agit de concours de beauté ou des petits filles sont jugés pour leur beauté. C’est mettre beaucoup de pression autour de ces petites filles, elles doivent montrés qu’elles sont les meilleures. Ainsi elles consacrent beaucoup de temps autour du concours au détriment parfois de l’école et d’une vie « normale ». Le plus souvent ce sont les mères qui participent à ces concours. Elles sont pour la plupart issues de familles modestes et voient dans la beauté de leur petite fille une occasion d’ascension sociale et de valorisation. La beauté physique de leur enfant est leur plus grande fierté. C’est très dangereux pour le développement de ces petites filles qui sont jugés sur des critères physiques ou vestimentaires. Elles peuvent s’enfermer très tôt dans le souci de plaire et de se faire belle, avec un risque d’autodestruction dès lors qu’on ne les admirera plus.

L’hypersexualisation précose, les enfants développent des attitudes et des comportements sexués qui ne correspondant pas à leur stade de développement psychologique et sexuel. Cette sexualisation précoce est l’une des conséquences de l’hypersexualisation de la société. Puisque les enfants apprennent du monde des adultes, ceux-ci sont particulièrement vulnérables face aux compagnies de marketing qui les visent spécifiquement. Or les modèles et les produits qu’on leur propose sont très sexualisés, tels poupées, vêtements, jeux, dessins animés et télé-réalités diffusées aux heures de grande écoute.

L’hypersexualisation est un phénomène préoccupant qui contribue aux agressions sexuelles et à la violence faite aux femmes. En effet, un nombre grandissant de magazines, vidéos, calendriers, jouets, vedettes de la chanson, sites Internet pornographiques et publicités de toutes sortes accentuent quotidiennement le message que le corps des filles et des femmes peut être utilisé, exploité ou vendu.

Cette survalorisation de l’apparence et de la séduction comme mode comporte des risques pour la santé physique des jeunes filles. Les filles voulant ressembler à leur idole peuvent adopter des troubles alimentaires, recourir à régimes amaigrissants dès le plus jeune âge mais aussi consommer des drogues de l’alcool,fumer, avoir recours aux chirurgies esthétiques. 

Pour les garçons c’est l’hypervirilité qui pousse à des attitudes machistes, sexistes et violentes.

Les jeunes ont un jugement biaisé sur les relations sexuelles, films pornographiques, séries, films, ils construisent leur sexualité sur des modèles fictifs et souvent nocifs. Ainsi on voit des comportements sexuels chez les adolescents se développer : les expériences sexuelles à plusieurs, les concours de fellation, les attouchements entre filles afin d’émoustiller les garçons, de même que les exhibitions sur internet. Comme le précise la philosophe Michela Marzano, « au lieu de découvrir l’autre par l’intimité du corps et la fragilité des émotions, ils s’intéressent à ce que les autres font, comment ils font, afin d’être toujours à la hauteur de la situation et de la performance, une performance qui réduit l’amour au sexe, et le sexe à la sensation ».Ces jeunes qui ne comprennent pas bien ce qu’est le consentement et ont des difficultés à repérer et à nommer la violence, d’une relation abusive par exemple. 

Lutte : 

Il est important d’apprendre aux enfants d’être, avant de paraître. 

Comme solution, certains sexologues suggèrent aux parents de sensibiliser leurs jeunes à la sexualité. Ainsi, la communication entre un enfant et ses parents des modèles de genre véhiculés dans les médias peut favoriser le développement d’un esprit critique à leur égard. Il est important de leur rappeler que le contenu des médias n’illustre pas nécessairement la réalité.

Les concours de  «mini-miss», sont interdit aux moins de 13 ans.

Améliorer l’image de l’homme et surtout de la femme dans la société. 

Laisser un commentaire