La maladie de Parkinson


Définition

La maladie de Parkinson est une maladie dégénérative qui résulte de la mort lente et progressive de neurones du cerveau. Elle est très rare avant 45 ans, les hommes sont plus touchés que les femmes

Symptômes 

  • Tremblement de la personne au repos
  • La rigidité des membres
  • Mouvements lents (la bradykinésie). À mesure que la maladie progresse, elle peut entraîner des difficultés à effectuer des tâches quotidiennes telles que boutonner des vêtements, attacher des lacets, prendre des pièces de monnaie, marcher, rester debout ou sortir d’une voiture;

Diagnostic

Il doit mettre en évidence au moins 2 des 3 symptômes de la maladie.

Causes 

Les causes ou facteurs de risque de cette maladie sont encore mal connus. Ils pourraient être la conséquence de l’interaction entre une prédisposition génétique (surtout chez des sujets de moins de 50 ans) et des cofacteurs environnementaux. Depuis de nombreuses années, des toxiques environnementaux, métaux lourds et pesticides sont suspectés.

Traitement

La prise en charge thérapeutique de la maladie de Parkinson est complexe. Elle associe adaptation des prises des médicaments basées sur les informations recueillies des malades et de leur entourage, gestion de la vie quotidienne et rééducation à tous les stades évolutifs de la maladie.

La maladie de Parkinson étant due à une insuffisance de production de dopamine, les médicaments permettant de la traiter pallient cette insuffisance soit en donnant de la dopamine (L-Dopa). Ce médicaments constituent aujourd’hui, pour une grande majorité de parkinsoniens, l’élément central du traitement. La L-Dopa est le médicament le plus puissant pour l’amélioration des troubles moteurs.

Un traitement chirurgical existe, la neurostimulation, mais elle ne peut pas être étendue à toutes les personnes atteintes par la maladie. Depuis bientôt 15 ans maintenant, la stimulation électrique chronique placée dans les deux noyaux subthalamiques permet d’améliorer de façon spectaculaire l’akinésie, la rigidité mais également le tremblement. C’est devenu la cible thérapeutique la plus courante et plusieurs milliers de patients ont reçu ce traitement en France. Cette simulation ne guérit pas malheureusement la maladie de Parkinson mais ne fait qu’améliorer les signes moteurs et permet ainsi d’économiser les médicaments. Elle présente néanmoins des risques, notamment celui de saignement pendant l’opération ou d’effets secondaires après l’implantation comme une confusion mentale transitoire, une apathie ou des troubles de la parole qui peuvent être durables.

Il y a aussi d’autre traitements complémentaires : la kinésithérapie, orthophonie, ergothérapie, cure thermale, soutien psychologique qui contribue à améliorer la qualité de vie.

 

 

 

Laisser un commentaire