Racisme


racisme

Définitions

Le racisme  c’est une idéologie qui, partant du postulat de l’existence de races au sein de l’espèce humaine, considère que certaines catégories de personnes sont intrinsèquement supérieures à d’autres. Cette idéologie peut entraîner une attitude d’hostilité ou de sympathie systématique à l’égard d’une catégorie déterminée de personnes. Cette hostilité envers une autre appartenance culturelle et ethnique se traduit par des formes de xénophobie ou d’ethnocentrisme. Certaines formes d’expression du racisme, comme les injures racistes, la diffamation raciale, la discrimination, sont considérées comme des délits dans un certain nombre de pays. Les idéologies racistes ont servi de fondement à des doctrines politiques conduisant à pratiquer des discriminations raciales, des ségrégations ethniques et à commettre des injustices et des violences, allant jusqu’au génocide.

Diffamation = Propos faux énoncés dans le but de nuire à une personne

Ethnocentrisme désigne la tendance plus ou moins consciente à considérer le monde ou d’autres groupes sociaux en prenant comme référence sa propre culture ou son propre groupe social, en privilégiant les normes sociales de son pays, en les valorisant systématiquement ou en les considérant comme supérieures.

 

Xénophobie = Rejet de celui qui est étranger

 

Historique

Depuis toujours, la notion de racisme existe : ce n’est pas une idée nouvelle. Cependant le mot racisme est entré dans le Petit Larousse en 1930.

En effet, les Egyptiens s’opposaient à ceux qui ne parlaient pas leur langue. Les Romains, eux, se sentaient supérieurs à leurs voisins car leur unique but était d’envahir leurs territoires.

Quant aux Chinois de cette époque, ils se sont interrogés sur le degré d’intelligence des navigateurs qui atteignaient leurs territoires, et commencèrent à « comparer » les peuples entre eux.

Au XVIe siècle, les Espagnols ont instauré le racisme colonial. Ils comparaient les autochtones à des animaux, car ceux-ci ne portaient pas d’habits, soulevaient de lourdes charges, peignaient leur corps, et ne parlaient pas la même langue que la leur.

Ensuite, les Portugais, les Hollandais, les Français suivirent l’exemple espagnol: Ils les obligèrent à les servir, tout en les maltraitant.

En 1865, l’esclavage fut aboli aux Etats-Unis. Mais dès 1875, naissent dans plusieurs Etats américains des lois imposant la séparation, selon les races, dans les lieux publics, prônant la discrimination, interdisant les mariages mixtes …Dès le XIXe siècle, on voit apparaître le Ku Klux Klan.

Le national-socialisme d’Adolf Hitler a été une des politiques les plus meurtrières entre 1933 et 1945, avec 6 millions de Juifs tués et tous les autres « non-aryens »; c’est-à-dire les Slaves, les homosexuels, les opposants aux fascistes …

Jusqu’en 1993, en Afrique du Sud, les hommes et les femmes de couleur noire ont été mis dans des cités ghettos avec des carnets de contrôle. Dans ce pays, on peut indéniablement parler de ségrégation raciale.

Aujourd’hui encore, même dans nos civilisations occidentales, le racisme continue. Pourtant, le racisme est intolérable, car on ne peut pas juger une personne de par la couleur de sa peau, de par ses origines, sa religion, ou sa culture.

Causes

  • La peur des autres et de leur culture
  • La bêtise humaine, la haine, la jalousie,
  • La non connaissance
  • Le choix des autres
  • L’éducation reçue
  • Le milieu fréquenté
  • Le milieu fréquenté
  • L’histoire de la race d’une personne
  • Le manque d’ouverture d’esprit
  • La différence de soi même
  • Le manque de tolérance
  • L’extrémiste

Être raciste, c’est rejeter un homme ou une femme à cause de la couleur de sa peau, de sa religion, de ses origines.
Être raciste ou xénophobe, c’est donc mépriser l’autre parce qu’il est différent de soi. En fait les personnes racistes ont souvent peur de ceux qui ne sont pas comme elles.

Cette peur de la différence donne souvent naissance à des comportements agressifs : on insulte quelqu’un parce qu’il a la peau noire, parce qu’il pratique une religion différente ou parle une autre langue.
Mais le racisme peut prendre des formes encore plus violentes. Il peut conduire à la guerre, et même à l’élimination de tout un peuple.
Il n’existe pas de « race », ni supérieure, ni inférieure, comme le prétendent les personnes racistes. Tous les hommes appartiennent à la même espèce : l’espèce humaine. Par exemple, en France, la population est composée de gens d’origines très différentes.

La xénophobie est un sentiment très instinctif : ce qui est inconnu fait souvent peur, et la peur de l’étranger se transforme aisément en haine ; le raciste (qui croit à l’existence et l’inégalité des races) généralisera facilement ce ressentiment et les opinions qu’il a envers une personne (ayant des torts à ses yeux) à toutes celles qui, selon lui, appartiennent à la même race. Ainsi, quand un « étranger » commet, par exemple, un acte illégal (ou se comporte simplement de façon déplaisante), la personne raciste accusera facilement tous les gens qui « ressemblent » à cette personne d’être pareils qu’elle. Ce comportement est illustré par les expressions à l’emporte-pièce selon lesquelles les membres de telle race seraient des voleurs, d’autres des avares… Le racisme commence souvent là, car la personne raciste croit que les membres d’une race se comportent forcément tous (ou presque) de la même façon.

Les personnes racistes préfèrent vivre avec des personnes leur ressemblant. Ils sont mal à l’aise, méfiants ou haineux envers des personnes différentes, et les considèrent comme inférieures.

Quand une communauté se sent rejetée, elle développe souvent un « racisme inverse » (elle devient raciste envers les gens qu’elle croit ou constate être raciste envers elle) : il est facile de haïr ceux qui nous haïssent.

Ainsi, dans les années 1960, lors de la lutte pour les droits des Afro-Américains aux États-Unis, Malcolm X avait fondé une idéologie raciste envers les « Blancs », en réaction au racisme d’alors envers les Afro-Américains. Martin Luther King, de son côté, prônait la réconciliation des deux parties et la fin des discriminations et du racisme ; on se souvient notamment de son célèbre discours I Have a Dream.

De nombreux films et romans développent cette idée qu’il faut sortir de ce cercle vicieux de la haine. Dans Princesse Mononoké, de Hayao Miyazaki, les différences de nature et d’intérêts entre humains et animaux font qu’ils développent un racisme envers l’autre groupe (les animaux s’estiment supérieurs aux humains, les humains aux animaux) et ces différences semblent les pousser à une guerre sans merci ; le héros tente d’empêcher l’escalade de violence : « La haine ne peut engendrer que la haine ! ».

Conséquences

  • L’exclusion des groupes sociaux, sportifs..
  • La peur, la colère, la haine
  • Perte d’estime de soi, perte de confiance en soi et aux autres
  • La négligence de sa propre culture afin de se faire accepter
  • Difficulté à trouver un emploi, un logement 
  • Le suicide
  • La formation des clans
  • Les guerres

Solutions

1. Lois

La Déclaration universelle des droits de l’homme proclame que Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Cette déclaration a été signée par de nombreux pays, bien qu’elle n’ait qu’une valeur symbolique. La transcription de ce principe dans les lois dépend des pays.

1881 : La loi sur la liberté de la presse interdit la publication de propos diffamatoires ou injurieux à caractère raciste.

1948 : La déclaration universelle des droits de l’homme stipule que chaque personne doit être protégée contre toute forme de discrimination fondée sur l’origine, la race ou la religion, ou l’appartenance (ou non) à une nation ou une ethnie.

1972 : La loi Pleven condamne des écrits, dessins ou des paroles proférées dans des lieux publics, qui provoquent la discrimination, la haine, la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe en raison de ses appartenances.

1994 : Le nouveau code pénal durcit les peines contre le racisme, et prévoit la possibilité pour une personne morale d’être pénalement responsable d’une infraction à caractère discriminatoire.

16 novembre 2001 : la discrimination pour n’importe qu’elle raison est illégales sauf celle sur l’âge si justifiée de même pour les inégalités économiques et financières.

2. Sanctions 

  • Provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence nationale, raciale ou religieuse : 1 an d’emprisonnement et 45.000 € d’amende.
  • Contestation de crime contre l’humanité : 1 an d’emprisonnement et 45.000 € d’amende.
  • Diffamation raciale publique : 1 an d’emprisonnement et 45.000 € d’amende.

  • Injure raciale publique : 6 mois d’emprisonnement et 22.500 € d’amende.
  • Provocation non publique à la discrimination, à la haine ou à la violence nationale, raciale ou religieuse : contravention de 5e classe : 1500 € d’amende.
  • Diffamation raciale non publique : contravention de 4e classe : 750 € d’amende.
  • Injure raciale non publique : contravention de 4e classe : 750 € d’amende.

 

3. Association de lutte

➡ licra : la Ligue s’adresse à tous les hommes de bonne volonté épris de justice et soucieux de défendre la dignité de l’homme, que chacun peut y adhérer et y militer, qu’il n’existe, en son sein, aucune discrimination de caractère politique, religieux, ethnique ou philosophique. 

defenseurdesdroits : c’ est une institution de l’Etat  indépendante, créée en 2011 à pour but de défendre les personnes dont les droits ne sont pas respectés  et de permettre l’égalité de tous et toutes dans l’accès aux droits.

➡ ldh-france : L’intitulé complet de la LDH est « Ligue française pour la défense des droits de l’Homme et du citoyen ». Autrement dit, elle ne veut ni opposer, ni séparer les droits personnels de l’homme et les droits politiques et sociaux des citoyens.

➡ mrap : tous pas pareil, tous égaux, mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples.

➡ sos-racisme : Association française crée en 1984 ayant pour mission de repérer et de dénoncer les actes de discrimination raciale. 

Laisser un commentaire